ACTES DU SEMINAIRE DE RELANCE ACTES DU SEMINAIRE DE RELANCE DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DE LA RECHE Poster commentaire

Informations sur le fichier
Taille : inconnue
Date d'ajout : 05/01/2016
Dernière mise à jour : inconnue
Téléchargé : 64 fois
0 Note
La politique générale et les objectifs de la Recherche Scientifique de la Côte d’Ivoire ont été
définis dans les Déclarations de Politique Générale de Recherche Scientifique en Côte d’Ivoire de
décembre 1994 et de mars 1995. Celles-ci exposent l’historique de la Recherche Scientifique, en
dressent un bilan, analysent ses faiblesses structurelles, juridiques, financières et définissent une
stratégie pour une relance du dispositif de recherche scientifique pour les secteurs agricole,
technologique, biomédical, environnemental, des sciences exactes et pour la valorisation des résultats
de la recherche en Côte d’Ivoire. Ces deux Déclarations ont également mis l’accent sur le
développement d’un plan d’actions concernant d’abord, la restructuration du dispositif national de
recherche scientifique, ensuite, les instances de concertation, de gestion et de planification
(commission de programmes, commission de budget, commission de synthèse), enfin, le
regroupement de l’ensemble des structures en grands centres nationaux et la remise en état de
l’appareil de recherche.
La Concertation Nationale sur l’Enseignement Supérieur et la Recherche Scientifique de
septembre-octobre 1997, aurait pu aider à mettre en œuvre certaines actions visant à relancer le
secteur de la Recherche Scientifique, mais tel n’a pas été le cas.
Les Etats Généraux de la Recherche Scientifique, tenus du 14 au 16 mai 1999 à
Yamoussoukro ont permis de prendre des résolutions très pertinentes dont la mise en œuvre aurait pu
logiquement apporter des améliorations dans le système de Recherche Scientifique en Côte d’Ivoire.
Malheureusement, le coup d’Etat de décembre 1999 a aggravé la crise économique qui perdurait
depuis les années 1980. De plus, la crise socio-politique que nous connaissons depuis le 19 septembre
2002, ne nous laisse pas d’alternative pour faire jouer à la Recherche Scientifique son rôle de moteur
pour le développement durable et pour la réduction de la pauvreté dans notre pays.